Réaction

 

Sur le territoire de Saint-Josse était toujours en activité l’entreprise familiale Sirtaine, grossiste en matériel électrique et téléphonique. En 1954 la fille Fanchon avait épousée François de Cugnac. L’entreprise a prospéré sous leur direction dynamique. En 1978, Sirtaine employait 49 personnes. En revanche, les voisins furent victime de la démolition.

 

En ce début de l’année 1978 les Musées Royaux des Beaux-Arts programmaient une exposition sur l’art mural aux États-Unis, qui impressionna le fils de Cugnac, Fabien, 17 ans, qui étudiait la photographie au ‘75’, l’École Supérieure de Saint-Gilles. Celui-ci persuada son père de rencontrer la directrice de l’école. C’est ainsi que François a rencontré l’étudiant Pierre Gérard, alors âgé de 23 ans, Il y a eu un déclic. Il a engagé Pierre à mi-temps comme graphiste avec une seule mission: “Sortez-moi de cette grisaille”. Pierre y est resté pendant un an et demi et a joué un rôle central dans la réalisation des peintures murales. Dans son sillage d’autres étudiants du ‘75’ l’ont rejoint. Plus tard d’autres artistes de provenance variée se proposèrent de réaliser des peintures.

 

Finalement 21 énormes peintures murales furent réalisées ainsi qu’une éolienne. Cette exposition vous en montre 16. Aujourd’hui ces murs sont remplacés par les immeubles de bureau le long du boulevard du Roi Albert II.

4. Les peinture murales

00:00 / 01:34
1/11

1977 - 1991 

1/11